lundi 19 novembre 2007

Un loup trop tendre!

Je suis allé voir vendredi soir le film « La Tendresse du Loup » de Jilani Saadi avec Anissa Daoud, Mohamed Graia, Habib M’barek, Abdel Monêm Chouayet et Atef Ben Hassine.

Le pitch ? Une nuit froide de l’hiver tunisien, Stoufa, la trentaine vit de petits boulots et combines, au grand désarroi de son père qui ne perd pas une occasion de l’humilier.

Ce soir, c’est l’occasion de trop. Révolté, Stouffa quitte le domicile familial pour rejoindre sa bande de copains et traîner avec eux dans les rues de Tunis.

La soirée ne commence pas très bien, ils vont de galère en galère et finissent par se saoûler à la bière bon marché.C’est alors qu’ils croisent Saloua, une jeune fille de leur quartier qui arrondit ses fins de mois en monnayant ses faveurs. Elle est visiblement apprêtée pour une soirée « galante » et attend son taxi. Sous l’effet de l’alcool les trois compères de Stoufa s’en prennent à Saloua et la violent. Stoufa refuse de se joindre à eux et essaye en vain de contrer ses amis.Pourtant, plus tard dans la nuit, c’est sur lui que Saloua se venge. Blessé et meurtri, Stoufa part à sa recherche.



Je dois dire que jusqu’à ce moment la du film, tous les ingrédients étaient présents pour que nous ayons un film hors du commun dans la cinématographie tunisienne : descente aux enfers des deux principaux personnages aveuglés par leur soif de vengeance, exploration du monde de la nuit avec tout ce qu’il comporte de déchéance, de règles, de non droit, de coups bas, de violence, de lâcheté, avec pour pimenter le tout sexe, alcool, drogue, mots crus…

Je m’attendais à Crank, à un Baise Moi, à un Thelma et Louise, à un Pulp Fiction, je suis malheureusement resté sur ma faim. Je ne dis pas que ce film est mauvais, loin de la, et les prix qu’il a glané dans de nombreux festivals sont la pour l’attester. Mention au passage à Anissa Daoud, pas facile de camper un rôle pareil, chapeau pour le courage.

Je dis juste que ce film aurait pu être un chef d’œuvre si le réalisateur avait osé aller jusqu’au bout de son intention première, sans se brider ! Les héros étaient ils un peu trop tendres à mon gouts ? Ca doit être ça.

Liens:

2 commentaires:

Anonyme a dit…

sè9et fi klèmek, sè9et fi afkarek sè9et fi ta3li9atek sè9et fi kollech

Besbes a dit…

Pas d'accord! Je m'attendais au hasard à la lecture dupitch d'un film "trash pour être trash" (malgré un a priori favorable vu que j'avais beaucoup aimé "Khorma"). Au final, j'ai trouvé ce film plein de poésie et très touchant - un bel exploit étant donné le sujet. Bref, j'ai adoré.