vendredi 16 mars 2007

Interview des Hoba Hoba Spirit

Hoba Hoba Spirit seront au palais des Sports d'El Menzah le 25 mars prochain en première partie de Louis Bertignac.

Les ayant déjà vu l'année dernière, je vous garantie que vous assisterez à un concert hors du commun. La musique de Hoba Hoba est festive, les paroles saignantes et satiriques, ils représentent cette nouvelle génération de marocains qui sont en train de s'imposer sur la scène nationale et internationale.

A Tunis, les Hoba Hoba Spirit vont certainement nous interpretter des titres de leur dernier album "Trabando" et pour mieux vous familiariser, je vous propose cette interview de Reda Allali, conduite par Mohamed Touhami.

Pourquoi avoir appelé votre album Trabando ?

L'expression vient de quelqu'un qui est un homme de théâtre, et un
responsable syndical. Il est venu à la télé pour expliquer que notre
musique et que le rap Marocain était dangereux pour la santé mentale
des consommateurs . Pour lui on fait de la musique de contre bande .Le
concept nous a plu, c'est quand même malheureux qu'il y ait encore des
gens qui s'approprient l'identité marocaine et c'est encore pire
lorsqu'on se dit que ces gens là sont des artistes. Le combat n'est pas
fini.

Pourquoi avoir invité Bigg ?

On se sent proche des rappeurs, même on ne fait pas de rap son album
est terrible il frappe juste.

Qui est Fhamator ?

C'est un super héros marocain qui a tout compris sans avoir jamais
rien lu. Il parle de tout, il a un avis sur tout et adore plus que
tout dénigrer tout ce qui se fait. Il nous a semblé que ce personnage,
qu'on connaît tous, méritait largement une chanson…On est tous un peu
Fhamator sur les bords. Fhamathor l’homme qui n’a jamais tore

Est ce que vous vous définissez comme un groupe engagé ?

Au Maroc, l'engagement commence dès que tu montes sur scène…On vit
dans une société conformiste où on a du mal à accepter l'originalité,
la créativité, la différence. On ne peut compter sur personne pour
défendre un droit aussi simple que celui de faire de la musique. Notre
engagement, c'est un peu de la légitime défense.

Comment expliquez vous que les paroles marquent autant le public ?

Pour moi il n'y a pas les paroles d'un coté la musique de l'autre. Les
mots portent en eux une certaine musique et la musique porte les mots.
Quand on écrit un morceau, on cherche à toucher les gens, faire bouger
les corps, faire bouger les esprits , tout ça c'est complètement lié .


Retrouvez aussi les deux interviews audios que m'ont accordé les Hoba Hoba Spirit

Aucun commentaire: